Rencontre littéraire avec Maryla Szymiczkowa

par | 02 septembre 2022 | 0 commentaires

Vous reprendrez bien une tasse de thé pour accompagner votre VLEEL ?

Premier jour de septembre, direction la bonne société de Cracovie en cette fin du XIXe siècle où Zofia Turbotynska. Notre héroïne, a pour hobby la résolution d’enquêtes dans Madame Mohr a disparu publié aux éditions Agullo.

Installez-vous confortablement, l’ambiance est au cosy crime.

Cosy crime ? Les auteurs eux-mêmes n’auraient pas pu le définir au commencement du premier volume. Comme monsieur Jourdain, ils ont fait du cosy crime sans le savoir. Une ambiance vintage, rien de trop sombre ou de trop brutal, un personnage principal détective à ses heures perdues, le tour est joué !

Ils ne sont pas lecteurs de polars, mais ils aiment Agatha Christie. Nadège Agullo non plus n’avait pas réalisé au moment où elle avait le premier tome dans les mains qu’elle tenait un roman d’un genre qui aujourd’hui remporte tous les suffrages.

Autre particularité, le roman est écrit sous pseudonyme. Derrière Maryla Szymiczkowa se cache deux auteurs : Jacek Dehnel et Piotr Tarczynski. En couple à la ville comme à l’écrit, ils sont tous les deux écrivains et traducteurs. « Le premier crime de la série, c’est celui de l’autrice !” 

Les auteurs souhaitent brosser avec leur série d’enquêtes un portrait de Cracovie de 1893 (règne de François-Joseph) jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de l’ère communiste. Et surtout montrer ces différentes époques, ce monde dirigé par des hommes, à travers le regard d’une femme, qui ne peut pas devenir ce qu’elle rêve d’être. Zofia est conservatrice, elle représente son milieu, mais « les conservateurs de 1895 ne sont pas ceux de 1935 ».

L’idée est d’écrire 4 tomes par tranche de 10 ans dans la vie de leur héroïne. Les quatre premiers ont paru en Pologne, mais si le rythme d’écriture reste le même, il faudra encore 20 ans à nos auteurs pour arriver au bout du projet.

Après Madame Mohr a disparu, on pourra découvrir, en 2023, Le rideau déchiré.

Histoire, rires, critique fine et amusée de la bonne société cracovienne, vous reprendrez bien un peu de thé pour accompagner votre lecture ?

A voir: le replay de la rencontre sur la chaine YouTube

A lire: deux retours de lecture de Madame Mohr a disparu, ici et ici