Rencontre littéraire avec Jeanine Cummins

par | 05 avril 2022 | 0 commentaires

Par @jiemde

Il aurait fallu bien plus qu’un petit raté de décalage horaire avec les USA pour que les Vleeleurs ratent cette rencontre littéraire en visio avec Jeanine Cummins. 

Auteure américaine publiée en France chez Philippe Rey et 10-18, la sortie chez nous d’American Dirt il y a 18 mois a été couronnée de succès. A l’heure de sa publication en poche, la nouveauté Une déchirure dans le ciel – qui fut en fait son premier roman – semble suivre le même chemin.

Car aux États-Unis comme en France, c’est American Dirt – roman choc sur l’incroyable épopée migratoire vers les USA d’une femme mexicaine et de son enfant, poursuivie par les cartels locaux jusqu’à la frontière – qui aura révélé Jeanine Cummins. « Il faut avouer que mes trois premiers romans n’avaient pas très bien marché » reconnaît l’auteure, « et American Dirt sonnait un peu comme une dernière chance ». Une dernière chance soutenue par Oprah Winfrey, désormais traduite en trente langues à travers le monde et en passe d’être adaptée par Hollywood : excusez du peu !

Mais aussi un livre déclencheur là-bas d’une violente polémique sur sa légitimité d’auteure à écrire sur de tels sujets, polémique typiquement américaine qu’on peine à comprendre chez nous. « Je m’attendais à des critiques à cause du thème de l’appropriation culturelle, mais je ne m’attendais pas à ce qu’on m’attaque aussi personnellement, qu’on mette en doute mon authenticité, mon identité, mes origines métissées. Je n’imaginais pas que je devrais défendre mon ADN portoricaine et irlandaise et qu’on ne me reconnaîtrait pas le droit d’écrire sur d’autres identités » réagit Jeanine Cummins, reconnaissant qu’avec le temps elle a mieux compris la frustration qui s’exprimait derrière certaines critiques.

Une auteure qui « a tendance à mettre toutes ses tripes dans ses romans ». A l’image de Une déchirure dans le ciel, récit qui raconte le drame familial et personnel vécu à l’âge de 7 ans et qui a façonné son parcours de vie. « Le moteur de mes livres est toujours l’injustice et écrire fut un moyen de me délivrer de mes traumatismes, d’exprimer ma douleur et de donner du sens au deuil en dévoilant mon “cratère de chagrin“ ».

Reste les deux romans de ce qu’elle nomme « sa période irlandaise », sur le passage à l’âge adulte et sur la maternité, qui sortiront peut-être un jour en France. Mais surtout un nouveau livre, en cours d’écriture, pour lequel elle effectue actuellement de profondes recherches. « C’est intimidant de faire un livre après American Dirt et j’ai eu longtemps une forme de rejet physique de me remettre à écrire » raconte t-elle. Et d’ajouter : « J’écris lentement et ça va prendre du temps… » Nous sommes prévenus !

A voir: le replay de la rencontre sur YouTube