Rencontre littéraire pour le Prix Libraires en Seine- Natacha Appanah, Maggie O’Farrell, Julie Ruocco

par | 21 mai 2022 | 0 commentaires

Par @moonpalaace

Seconde rencontre littéraire avec les libraires du Prix Libraires en Seine et trois nouveaux romans en lice.

Nathacha Appanah pour son livre Rien ne t’appartient aux éditions Gallimard était interviewée par Lucile Frassy de la librairie La Suite à Versailles.

Lucile interroge Natacha sur le personnage de son roman que l’on découvre de l’intérieur, à partir « de sensations, de réminiscences, de souvenirs ». C’est « un personnage né par vagues d’impressions » ajoute-t-elle.

« Ce personnage est né il y a longtemps », répond Natacha. « J’ai écrit une dizaine de pages et puis plusieurs entre chaque livre, jusqu’au 9e roman après lequel j’ai repris ce texte. »
Il s’est ainsi nourri de ses expériences, ses voyages, ses reportages, ses lectures.

Maggie O’Farrell pour son livre Hamnet aux éditions Belfond.

Anne Burzinsky de la librairie L’écriture à Vaucresson présente le roman comme « une envolée, une nouvelle découverte, un texte à part ». Elle dialogue avec Caroline Ast éditrice chez Belfond et Angélique Vimon des relations libraires. Ce texte autour d’Hamnet, le fils du grand écrivain anglais, dévoile un « Shakespeare intime », une histoire de famille portée par une écriture « belle et vivante ».

Pour Caroline, Maggie O’Farrell a « la faculté de dépasser l’Histoire pour faire un de ses livres les plus personnels ». Angélique ajoute : « la grande force de ce roman est que ce n’est pas un roman sur Shakespeare mais une histoire de famille, de femme, de maternité ».

Julie Ruocco pour son livre Furies aux éditions Actes Sud, s’entretient avec Stéphanie Fuilla de la librairie Au Pays des Livres à Colombe. Elle l’interroge sur la genèse du roman.

« Furies est construit sur le principe d’une variation des Oresties d’Eschyle».
La volonté de l’autrice était de « traduire en termes contemporains le couple Electre/Oreste » et de lui associer le conflit syrien.

« Le récit ne suspend pas la tragédie mais peut la dire avec le moins de mots possible, le moins d’effets, pour nous donner des clés de compréhension ».

Le nom du lauréat du prix Libraires en Seine le 26 juin!

A VOIR: le replay de la rencontre sur la chaîne YouTube

Le lauréat du Prix Libraires en Seine