Rencontre avec ONLIT éditions

par | 30 mai 2020 | 0 commentaires

Par @sandra_etcaetera 
En mai dernier un vent de Belgique a fait son entrée dans VLEEL.

Anthony a reçu Pierre de Muelenaere créateur de la maison d’édition Onlit d’abord entièrement numérique et qui publie depuis 2014 également sous format papier. L’occasion de parler de cette volonté forte de développer le numérique qui n’empêche pas Pierre de travailler étroitement avec les librairies indépendantes et d’être attaché au livre papier comme un objet précieux de transmission. Deux supports complémentaires qui ont permis à la maison d’édition de continuer de vendre des livres pendant le confinement.


Chez Onlit éditions tous les collaborateurs sont free lance, y compris Pierre, permettant souplesse et charges fixes minimes. Ils publient environ six romans de littérature contemporaine par an, avec un tirage de mille à deux mille exemplaires. Des livres souvent qualifiés d’OVNIs littéraires, un qualificatif qui plaît à Pierre séduit par l’idée qu’on aime ou qu’on déteste ses ouvrages, sans tiédeur possible•••
.
Ce fut le cas de Poney Flottant d’Isabelle Wéry, finaliste du fameux Prix Rosselle en Belgique, présenté en France comme « la sensation belge ». Une auteure également comédienne et metteure en scène qui travaille actuellement en collaboration avec Pierre à la création d’une forme de DJ-set mêlant texte littéraire mixé à la musique accompagnés d’une scénographie composée de toiles monumentales d’un artiste belge. Un projet qui émane d’une envie constante de Pierre de créer des spectacles inspirés d’œuvres littéraires dans un traitement contemporain, en musique et en image, dans l’idée de dépoussiérer la littérature, comme il nous a expliqué l’avoir déjà fait en 2013 avec L’étranger de Camus.


Une recherche de modernité littéraire qu’on retrouve sur les couvertures de Onlit aux influences pop et incluant peu à peu des photos pour créer une identité visuelle au texte, support indispensable pour la diffusion sur les réseaux sociaux aujourd’hui. L’occasion pour Pierre au cours de cette rencontre de saluer l’extraordinaire activité autour de la littérature sur Instagram qu’il considère comme un outil incontournable pour les éditeurs (et ça, cela fait plaisir).


Evidemment, comme à chaque rencontre, nos envies de lectures ont largement été nourries, notamment par l’évocation de deux titres sortis juste avant le confinement: Sans jour sans Lilly de Aliénor Debrocq et Judas côté jardin de Juan d’Oultremont. Il a aussi été question de Rosa de Marcel Sel, La robe de nuit de Véronique Janzyk ou encore Mourir la nuit de Anne-Cécile Huwart.


Une rencontre qui s’est terminée sur le constat de Pierre de Muelenaere selon lequel une maison d’édition « au fil du temps », comme un livre, doit raconter une histoire .Une belle idée qui souligne l’identité et la passion de cette maison d’édition à l’irrésistible belgitude qui n’a pas fini de nous surprendre!•••

A VOIR: le replay de la rencontre sur YouTube

A LIRE: deux chroniques sur des ouvrages publiés chez Onlit éditions, ici et ici